Piscine : quels dispositifs de sécurité faut-il mettre en place ?

Piscine : quels dispositifs de sécurité faut-il mettre en place ?

Votre projet d’aménager une piscine prend enfin vie ? On est content pour vous, mais avant de vous prélasser tranquillement dans votre bassin de nage, n’oubliez pas qu’il vous reste une dernière chose à faire : sécuriser le périmètre. Est-ce obligatoire et comment faire pour sécuriser sa piscine ? Retrouvez toutes les réponses à la suite.

Sécuriser sa piscine : une obligation légale

Sécuriser sa piscine : une obligation légale

Avant même d’ouvrir le chantier, vous devez savoir que disposer d’une piscine vous oblige à entreprendre certaines démarches dont la mise en place de dispositifs de sécurité. L’article L.128-1.A stipule effectivement que « les piscines enterrées non closes privatives à usage individuel ou collectif doivent être pourvues d’un dispositif de sécurité normalisé visant à prévenir le risque de noyade des enfants ».

Les piscines semi-enterrées sont également concernées par ce texte de loi. Ainsi, même si votre bassin n’est enterré que de 10 cm, il est soumis à cette loi. Ce texte est entré en vigueur le 1er janvier 2004.

En savoir plus sur l’aménagement de l’espace extérieur

Quels sont les dispositifs à adopter pour sécuriser sa piscine ?

Quels sont les dispositifs à adopter pour sécuriser sa piscine ?

Pour sécuriser sa piscine, quatre dispositifs au choix sont mis à votre disposition.

Les barrières et clôtures de piscine

Ce sont les dispositifs qui offrent le plus de sécurité puisqu’une fois bien fermées, les enfants ne pourront pas accéder au bassin sans surveillance d’un adulte. Les barrières et clôtures peuvent être fabriquées en plexiglas, en bois, en fer ou en PVC. Il en existe plusieurs modèles, mais quel que soit votre choix, il devra répondre aux points suivants :

  • La hauteur minimale exigée est de 1,10 m.
  • La résistance au choc du dispositif doit être d’au moins 50 kg.
  • La barrière doit être pourvue d’un portillon à double verrouillage simultané.
  • Les verrous en hauteur doivent nécessiter l’utilisation des deux mains.
  • Un enfant de moins de 5 ans ne doit pas être capable d’ouvrir seul la barrière.
  • La barrière ou clôture ne doit pas présenter des risques de coupures, de blessures ou de piqûres.
  • La barrière ou la clôture ne doit pas être totalement opaque, car il faut que l’on puisse surveiller la baignade de l’extérieur.
  • Le dispositif doit être installé à, au moins un mètre de la margelle pour que les secours puissent circuler autour du bassin en cas d’accident.

A lire aussi – Abords de piscine : quel revêtement de sol choisir ?

Même si c’est l’une des mesures de sécurité les plus efficaces, le portillon reste un point faible. Il est effectivement possible qu’un enfant de 10-12 ans l’ouvre pour aller nager, mais qu’il oublie de le refermer derrière lui. Le petit frère ou la petite sœur peut ainsi le suivre et s’exposer au danger. Voilà pourquoi il faut un système de verrouillage assez complexe, difficile à ouvrir par un enfant seul.

La couverture de piscine

La couverture peut être souple ou rigide, mais il est précisé que « elle doit être réalisée, construite ou installée de façon à empêcher l’immersion involontaire d’enfants de moins de cinq ans, résister au franchissement d’une personne adulte (de 100 kg) une fois fermée et ne pas provoquer de blessure ».

Autrement dit, elle doit être assez robuste pour supporter le poids d’une grande personne et ce, qu’elle soit souple ou rigide. Il faut également veiller à ce que ses matériaux de fabrication aient une bonne résistance aux rayons UV du soleil et que les structures métalliques puissent résister aux essais de brouillard salin.

Sur le marché, vous trouverez de nombreux modèles de couvertures de piscine. On peut notamment citer la bâche souple, la couverture à barre, la couverture souple, la couverture rigide motorisée ou volet roulant et même la couverture solaire. Le choix est très vaste.

Les modèles varient aussi en fonction de leur mode de déploiement puisqu’on peut opter pour un modèle motorisé ou un modèle manuel.

Lire aussi – Remise en marche de la piscine : quand et comment procéder ?

L’abri de piscine

C’est le dispositif de sécurité le plus efficace, mais aussi le plus cher puisque grâce à lui, on peut vraiment enfermer le bassin d’eau dans une sorte de cocon et gagner une véranda autour. Tout dépend toutefois du modèle choisi. En général, l’abri recouvre totalement le bassin. Il est donc impossible qu’un enfant seul puisse y accéder.

Comme tous les autres dispositifs de sécurité, l’abri :

  • Doit être fermé avec un système de verrouillage performant et sécurisé.
  • Ne doit pas causer de blessures ou de coupures donc les bords (intérieurs comme extérieurs) ne doivent pas présenter de parties tranchantes ou piquantes.
  • Ne doit pas causer des risques de cisaillements, d’étranglements ou de coincements si un enfant tente d’y entrer de force.
  • Doit être résistant aux chocs d’au moins 50 kg.
  • Doit être à l’épreuve des vents d’au moins 100 km/h et des chutes de neige d’au moins 45 kg/m²

Sur le marché, vous trouverez des abris de piscine hauts, bas ou de hauteur moyenne. On peut également trouver des modèles fixes, mais avec parois mobiles, des modèles télescopiques, des modèles semi-coulissants ou encore des modèles amovibles et/ou relevables.

Un autre atout majeur de ces systèmes de sécurité c’est qu’avec un modèle haut, on peut créer une véranda autour du bassin. Il est aussi possible d’y installer un système de chauffage de sorte à pouvoir nager, même en hiver.

Les alarmes sonores pour piscine

Ce sont les dispositifs de sécurité les moins performants lorsqu’il s’agit de piscine. Pour cause, ils ne font que prévenir les adultes d’une chute dans l’eau, mais n’évite pas l’accident. Certains préfèrent toutefois opter pour ce système d’alarme, car il est facile à installer, coûte moins cher que les autres dispositifs et s’avère plus pratique lorsqu’on dispose, par exemple, d’une piscine à la forme originale difficile à couvrir avec une couverture ou un abri classique.

La fédération des professionnels de la piscine (FPP) n’encourage toutefois pas cet investissement, sauf si vous l’associez à une couverture de piscine. Ainsi, même en cas de chute dans le bassin, la couverture amortit la chute et l’alarme vous prévient de l’accident pour que vous puissiez accourir.

Sur le marché, on distingue deux types d’alarme :

  • L’alarme immergée : on l’installe sous l’eau et dès qu’elle perçoit un mouvement anormal, elle se met à sonner. En général, elle s’enclenche au bout de 11 secondes après une chute.
  • L’alarme périmétrique : elle s’enclenche dès qu’une personne pénètre au sein de la zone sécurisée établie autour du bassin. On utilise des bornes infrarouges pour délimiter ladite zone. Ce système est plus efficace que le système immergé pour la prévention d’accidents.

Quelles sont les normes à respecter pour sécuriser sa piscine ?

Quelles sont les normes à respecter pour sécuriser sa piscine ?

Le propriétaire de piscine est, non seulement, obligé d’instaurer des dispositifs de sécurité, mais ces derniers doivent, en plus, respecter des normes établies par l’AFNOR. Ces dernières se réfèrent à la norme NF P90-305. Dans les détails, il faut savoir que :

  • Les barrières et clôtures de piscine doivent répondre aux exigences de la norme NF P90-306.
  • Les alarmes sonores pour piscine doivent répondre aux exigences de la norme NF P90-307-1.
  • La couverture de piscine doit répondre aux exigences de la norme NF P90-308.
  • L’abri de piscine doit répondre aux exigences de la norme NF P90-309.

Le non-respect de ces normes vous expose à une amende pouvant grimper jusqu’à 45 000 euros. Pour éviter cela, demandez à votre fournisseur de vous donner une attestation de conformité. Ainsi, si des anomalies sont enregistrées en cas de contrôle, c’est vers lui que la direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) se tournera.

Ceci peut aussi vous intéresser – A savoir avant d’installer un spa

Nos derniers conseils

Pour que vous puissiez profiter pleinement de votre piscine cet été, voici nos dernières recommandations :

  • Même si vous avez pris toutes les précautions nécessaires pour sécuriser votre piscine, il reste quand même conseillé d’être vigilant et de toujours surveiller les enfants lorsqu’ils barbotent dans l’eau. Aucun dispositif de sécurité ne peut remplacer la surveillance des parents. N’oubliez pas qu’une grande majorité des accidents recensés se déroule lorsque la piscine est ouverte.
  • Pensez toujours à éduquer vos enfants, dès leur plus jeune âge, à faire attention lorsqu’ils se retrouvent près de la piscine ou lorsqu’ils sont à la piscine. Leur apprendre les bases de sécurité est indispensable sans les effrayer.
  • Apprenez vos enfants à nager le plus tôt possible pour qu’ils puissent se débrouiller seuls en cas de chute dans l’eau. Cela ne vous dispense pas pour autant de les surveiller, car même les nageurs professionnels peuvent se noyer pour tout un tas de raisons.
  • Demandez toujours au vendeur la note technique qui accompagne le système de sécurité acheté. Sur ce document, vous pouvez lire différentes recommandations d’usage et de prévention pour sécuriser sa piscine.

Enfin, si vous disposez d’une piscine hors-sol, il reste important de sécuriser la zone même s’il n’y a pas de dispositif obligatoire. Pour ce faire,

  • Retirez toujours l’échelle qui permet d’accéder au bassin lorsque personne n’y est.
  • Utilisez une couverture de piscine conçue pour ce type de bassin hors-sol.
  • Installez une alarme piscine ou bien achetez des bracelets d’alarme à vos enfants pour être averti dès qu’un contact avec l’eau survient.

N’oubliez jamais que les enfants ne manquent jamais d’imagination lorsqu’il s’agit de faire des bêtises. Et déterminés comme ils sont, ils chercheront tous les moyens d’accéder à une zone interdite.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *